• 0 Items - 0.00$
    • No products in the cart.

Bien des gens vivent à l’époque du « je m’en fous » et de « j’ai besoin d’exister ». En fait, cette époque où l’humain est de plus en plus individualiste, c’est pour le mieux, mais avec un équilibre. Depuis longtemps, le pouvoir de l’homme sur la femme à dominé, comme le pouvoir des blancs sur les autres races. En fait, aujourd’hui, dans bien des pays riches et industrialisés, les différences sont de plus en plus acceptées grâce à l’individualisme.

De plus en plus nous entendons parler du concept de : Je me choisis. En fait, il est de plus en plus important de le faire afin de pouvoir miser son existence sur ce qui est important pour soi. C’est donc une dose d’égoïsme nécessaire afin de cesser de se faire manquer de respect, de s’oublier ou même de vivre une crise existentielle un jour dans la quarantaine.

Se choisir n’est pas pour autant négatif, car il permet à la personne d’exister, d’avoir de l’importance et de pouvoir prioriser sa vie avant celle des autres. Ainsi, d’une certaine façon, nous avons passé d’une époque de manipulation des masses et des gens invisibles à l’explosion de tout le monde a droit d’exister. Oui je suis d’accord que ce n’est pas partout pareil selon les cultures et consciences des pays. Mais cette réalité est en train d’exploser.

Ces comportements de se choisir peuvent malheureusement amener à l’anarchie. Si tous se choisit sans penser aux conséquences de ceux qui les entourent, alors il va sans dire que l’humanité court à sa perte, créant un fossé entre ceux qui subissent et ceux qui se choisissent.

Donnons comme exemple si moi j’ai chaud et choisis de me promener nu dans la ville, alors mes convictions risquent d’en déplaire ou de choquer. Alors que d’autres risquent d’en être inspiré. Alors où est la limite dans ce contexte ? Le libre-arbitre est bien important, mais il faut passer d’un besoin existentiel d’exister à un besoin existentiel de coexister.

En fait, c’est intéressant de noter que cette phase de j’ai besoin d’exister se manifeste dans l’enfance entre 3-5 ans. En effet, même en tant qu’adulte, nous avons besoin d’exister comme un enfant qui découvre son pouvoir sur son territoire, sur les gens et son environnement. Alors nous pourrons associer le fait de se choisir à une réaction enfantine. C’est malheureusement le cas. Mais comme tout enfant, il a un besoin de maturer.

Alors ce n’est pas évident de ne pas juger le besoin de  » se choisir « . Mais il faut également considérer le besoin d’exister en société, donc faire preuve de maturité. Cette sagesse, malheureusement n’existe pas partout dans la société. La majorité des hommes de pouvoirs agissent en enfant par la manipulation et des besoins de pouvoirs. Mais certains exemples plus éclairés font surface de plus en plus et nous amènent une vision plus saine de l’importance de se prioriser.

Alors tout est une question d’équilibre. Chaqun est libre d’exister, en autant que ces choix restent en cohérence avec son environnement. Alors si j’ai envie de me promener nu, je le ferai à un endroit ou c’est normal ou accepté. Si j’ai envie de m’exprimer haut et fort, je n’ai pas besoin de le faire en public pour affirmer un besoin d’attirer l’attention tel un enfant. Je dois choisir un public cible qui pourra m’écouter et appuyer ce que j’ai à dire. Si j’ai un fort besoin d’être spirituel, alors je le fait à des endroits dignes de mon énergie.

Le but n’est pas de choquer les gens, mais bien de faire une symbiose entre les gens. Ce type de relation existe plus dans les grandes villes où les gens se foutent un peu des autres. C’est en fait un mécanisme de protection. Il en existe plusieurs, mais l’objectif est de se centraliser sur soi comme si l’extérieur n’existait pas. C’est également une mécanique d’enfant. Celle-là est associée à des comportements plus jeunes de 1-3 ans. Lorsqu’un enfant est le centre de l’univers. C’est encore une fois intéressant à noter que chacun existe, mais sans être en cohérence avec le reste.

C’est comme les gens qui défendent les animaux ou d’être végan. Leur cause à raison d’être entendu et de sensibiliser les gens, mais malheureusement, plusieurs de ces gens manifeste une colère enfantine envers les gens dûs au fait de ne pas avoir pu changer quelque chose dans leur vie. Cette colère se laisse alimenter par un sujet : Alimentation, conscience animale, science, sport, conscience, spiritualité, maïs elle cache en fait un manque d’écoute et d’affection non maturé. Dans tous les cas, une personne qui parle de ses sujets avec maturité aura beaucoup plus d’impact qu’une personne qui agit inconsciemment en enfant.

Ce débat est ouvert à tous. J’ai seulement voulu donner un avis des plus sains envers la vision de l’être humain qui se choisit. Je suis pour cette liberté et ce libre-arbitre, mais il est également important de devenir plus mature par rapport à l’égoïsme humain. Mais tout est une question d’adaptation. Nous vivons dans une société où tout évolue et la conscience aussi. Nous avons besoin que certains pays soit dirigé par des clowns qui agissent en enfant pour voir l’importance d’élire des gens conscients plutôt que des grands parleurs.

Nous avons bien plus d’importance sur la société que vous le croyez. Seulement d’être authentique et choisir de faire ce qui est important pour vous vous permet d’inspirer votre entourage à faire pareil. Tout ce que nous faisons est comme une goute dans l’eau, elle finit par influencer toute la mare, mais à petites doses. Alors continuer de vous prioriser, mais avec sagesse afin de comprendre que de vous choisir, c’est aussi choisir l’évolution de l’humanité !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *